Connexion

La stérilisation de la chatte

 

L’ovariectomie est une chirurgie qui consiste à retirer les ovaires et l’utérus de la chatte. Ce sont des interventions parfaitement maîtrisées par les vétérinaires, et les risques sont minimes. En règle générale, cet acte est pratiqué à partir de l’âge de 5 à 6 mois, mais une stérilisation plus précoce est tout à fait possible sans inconvénient.

Après cette opération, la chatte est rendue définitivement stérile et ne manifeste plus de chaleurs.

La ligature ou la section des trompes permet de stériliser la chatte en empêchant définitivement la fécondation. Son intérêt reste limité car les manifestations de chaleurs persistent et le bénéfice préventif sur les pathologies de l’appareil reproducteur n’existe pas. (Voir plus loin).

La contraception médicale (pilule ou injections) ne doit être qu’une solution temporaire et limitée dans le temps : elle peut en effet favoriser les infections de l’utérus (métrites ou pyomètres). De plus, à terme, cette solution finit par devenir bien plus coûteuse.

 

Quels sont les avantages de la stérilisation par ovariectomie ou ovario-hystérectomie?

 

  • La stérilisation permet d’éviter les portées non désirées.

 

Outre le fait que beaucoup de propriétaires de chats ne souhaitent pas se retrouver à la tête d’une famille nombreuse, il faut savoir que chaque chatte est capable de donner naissance à 3 ou 4 chatons en moyenne (dont la moitié de femelles qui elles-mêmes…), et ce une à deux fois par an, pendant 6 à 8 ans voire plus. En quelques années, la population féline peut potentiellement ainsi passer dans un quartier de quelques individus à plusieurs centaines de milliers ! La stérilisation est ainsi considérée comme un geste de protection animale, évitant ainsi la naissance de milliers de chatons dans de mauvaises conditions.

 

  •  La stérilisation permet de supprimer le comportement sexuel exubérant.

 

Chez la chatte, les chaleurs se répètent toutes les 2 à 12 semaines en fonction des individus. Elles se manifestent par des postures particulières et des vocalises particulièrement sonores. L’ovariectomie ou l’ovario-hystérectomie supprime immédiatement et définitivement ces manifestations gênantes.

 

 

  • Limitation des risques infectieux.

 

La chatte stérilisée aura moins de contacts avec ses congénères: moins de contacts directs, moins de bagarres, pas de relations sexuelles. Ce sont autant d’atouts pour limiter le risque de contracter une maladie contagieuse comme par exemple la leucose féline (FelV), transmise par simple léchage ou lors de l’accouplement,  ou le SIDA du chat (FIV), transmis surtout par morsures ou griffures.

 

  •  Limitation voire suppression des risques de pathologies de l’appareil reproducteur.

 

L’ovariectomie ou l’ovario-hystérectomie protègent efficacement contre un certain nombre de pathologies. En particulier, les infections utérines (métrites ou pyomètres) sont évitées, ainsi que les kystes ovariens. Les tumeurs des mamelles (dont 90 % sont cancéreuses) sont également extrêmement rares si la chatte a été stérilisée suffisamment précocement.

 

 

  • Limitation des fugues.

 

La chatte castrée aura un comportement plus sédentaire et casanier qu’une chatte non castrée. Bien que conservant un comportement d’exploration et de chasseur, elle aura moins tendance à vagabonder loin du domicile qu’une chatte entière. Ainsi, elle aura moins de risques d’accidents de la circulation, de chutes, d’empoisonnements ou autres traumatismes.

 

Quels sont les risques de la stérilisation ?

 

Les chattes castrées ont un appétit parfois supérieur aux autres, et ont par ailleurs des besoins énergétiques diminués : le danger réside donc en une prise de poids anormale, pouvant évoluer vers une véritable obésité.

Le diabète, les maladies articulaires, la paresse intestinale avec constipation  sont les principales conséquences de l’obésité.

Par ailleurs, on a également observé une fréquence plus élevée de calculs ou de cristaux urinaires chez les chattes castrées, surtout si elles sont en surcharge pondérale. Mais ce phénomène est néanmoins plus rare que chez le mâle castré.

 

Tous ces risques peuvent facilement être évités par un programme alimentaire adapté et une activité physique régulière.

 

 

Conclusion :

 

Il a été observé que l’espérance de vie des chattes castrées varie entre 14 et 18 ans, alors que celle des chattes non castrées oscille entre 6 et 10 ans. Ces observations prouvent que globalement, la stérilisation prolonge la vie des chats. En effet, la castration provoque une modification du métabolisme interne, qui est un paramètre que l’on peut facilement maîtriser par un comportement et une alimentation adaptés. A l’inverse, les risques encourus par les chattes non castrées, en plus de l’apparition possible de cancers des mamelles ou d’infections utérines, sont avant tout extérieurs et sont donc moins facilement  contrôlables.

Il est préférable de faire opérer votre chatte en dehors des périodes de chaleurs : en effet, les ovaires sont alors congestionnés et les risques hémorragiques sont plus importants. Cependant, il n’est parfois pas possible de différer l’opération.

Enfin, il est totalement faux d’affirmer que la chatte doit avoir une portée avant d’être opérée. C’est une idée reçue très répandue mais qui n’a aucun fondement scientifique. Le fait d’avoir une portée n’apportera absolument aucun bénéfice médical ou psychologique à votre chatte. N’hésitez pas à en parler à votre vétérinaire: il est le mieux placé pour vous conseiller.