Actualités

  • En rentrant d'Australie, elle découvre un python dans sa valise

    L’animal avait parcouru une distance de plus de 15 000 kilomètres caché dans les bagages d’une Écossaise. Elle a d’abord pensé qu’il s’agissait d’une blague, mais le python était bien vivant.
  • Salon international de l'agriculture

    Chaque année, il se réinvente et vous permet d’aller à la rencontre des exposants, de découvrir près de 4000 animaux présents sur le salon. Le Salon international de l'agriculture s'installera du 23 février au 3 mars, au Parc des expositions de la porte de Versailles à Paris (15e arrondissement). Il sera ouvert au public tous les jours de 9h à 19h.
  • Un alpaga fait irruption chez un opticien

    Le 18 janvier dernier, l'animal s'était échappé de son enclos avant d'entrer chez un opticien situé à Hennebont dans le Morbihan. Il était resté une trentaine de minutes dans le magasin, observant les montures.
  • Le froid est là, c’est le moment de les aider.

    Jusqu’à 50?% des oiseaux peuvent mourir durant l’hiver, à cause du froid et/ou du manque de nourriture.
    Pour aider les oiseaux à passer cette période difficile, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) d’Ille-et-Vilaine vous donne quelques conseils.
Toutes les actualités

Petites annonces

1.5 million de manchots Adélie découverts dans l’Antarctique

Grâce à des images satellites, des scientifiques ont découvert 1.5 million de manchots Adélie en Antarctique.

C’est sur l’archipel des « Dangers Islands », un lieu peu accessible, que les scientifiques ont eu la surprise d’apercevoir une « supercolonie » de manchots. « Quand nous avons mis la main sur des images satellites commerciales haute résolution, nous avons su que c'était une découverte majeure » explique la chercheuse Heather Lynch.

C'est en décembre 2015, que les scientifiques se sont rendus sur place pour confirmer cette découverte. Par la suite, ils y recensent « à l'aide de drones, de photographies et de comptage manuel des nids et des oiseaux hauts de 70 centimètres » 751.527 couples de manchots, soit « plus que dans tout le reste de la péninsule antarctique ».

« Le changement climatique, la pêche et les perturbations directes par l'homme » entraîneraient un déclin de l’espèce. Pour la protéger, Heather Lynch, espère que la pêche au krill, repas des manchots, sera encadrée : « Maintenant que nous savons que ce petit groupe d'îles est si important, on pourrait envisager de plus le protéger de la pêche ».